bienvenue chez chirvet j'esper que tu passe des belles moments avec nous
le groupe administratif



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  kiba's profil facebook  
 Citation - Saint Léger :

bq La gloire ne peut être où la vertu n'est pas. eq
vous peuvez trouver des cours,tp,controles,affichages et meme des cas cliniques et des reponses pour vos question sur terrain
 >  Citation du Sainte Marietta:

bq La volonté est une force qui se sent, c'est-à-dire qui souffre. eq

you are my world Asta

Proverbe:

               bq Les soucis enlaidissent, c'est la joie qui fait fleurir. eq

Proverbe:

bq Nourrir l'ambition dans son coeur, c'est porter un tigre dans ses bras eq

Partagez | 
 

 Propédeutique dans l’espèce équine

Aller en bas 
AuteurMessage
djdisney

avatar

Masculin
Nombre de messages : 12
Age : 31
Localisation : torino
Humeur : In casa sua ciascuno è re
L\'anné d\'etude : 7eme anné
veto points : 3589
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Propédeutique dans l’espèce équine   Ven 10 Avr - 18:58

I.3. Examen de la tête et de l’encolure

I.3.1.Nez

- Jetage : type (séreux, muqueux, purulent), quantité, uni ou bilatéral, odeur

- Symétrie : si déviation du bout du nez d’un coté Þ paralysie unilatérale du nerf facial du coté opposé à la déviation. Si flaccidité des lèvres Þ paralysie faciale bilatérale
- Mobilité des ailes du nez : inspection au repos : permet d’apprécier une diminution (parésie), une absence
(paralysie) ou un excès (tirage nasal) de mouvement. Si nécessaire, appliquer un test d’obstruction des naseaux pour mieux apprécier une parésie ou une paralysie ou pour identifier la production d’un cornage (ex : en cas de déplacement dorsal du voile du palais)

- Muqueuse nasale : pour l’examiner, soulever largement le cartilage de l’angle externe et se placer dans des
conditions d’éclairage adéquates (lampe si nécessaire) ; apprécier la couleur et la présence éventuelle de pétéchies

Examen de la muqueuse nasale

- Odeur de l’air expiré : une odeur
putride peut suggérer une infection par des germes anaérobies (ex :
fréquent en cas de sinusite ou de pneumonie abcédative ou par erreur de lieu)

- Fausse narine : inspection externe et palpation interne (glisser
le doigt dans la fausse narine).

- Température des extrémités : à apprécier au niveau du bout du nez
et des oreilles (ainsi qu’au niveau des membres, cfr. plus loin)

I.3.2.Bouche

- Muqueuse : ouvrir le plus largement
possible les lèvresinférieure et supérieure afin d’apprécier l’humidité et la couleur (pâle, rose, congestive, cyanosée, sale)
de la muqueuse buccale ainsi que la présence éventuelle de pétéchies, d’ulcères
ou de lésions.

- Temps de remplissage capillaire (TRC): exercer une pression ferme du doigt sur la gencive pour chasser le sang des capillaires et observer en combien de temps le sang revient dans les capillaires. Le TRC
devait impérativement être de moins de 2 sec. Une augmentation du TRC signe une diminution de la perfusion périphérique.

Attention, répéter le TRC au même endroit prolonge artificiellement le temps que met le sang à revenir dans les capillaires.

- Incisives : ouvrir la bouche en passant une main au niveau des barres pour vérifier l’usure, la coaptation des incisives

- Langue : prendre la langue permet de vérifier son tonus et l’absence de lésions sur celle-ci. De plus, la placer entre les molaires supérieures et inférieures peut servir de "pas d’âne" pour l’examen de la cavité buccale.

- Examen de la cavité buccale (nécessite l’utilisation d’un pas d’âne pour être réalisée de manière la plus approfondie possible) : vérifier si présence de pétéchies, ulcères ou lésions, ainsi que l’usure dentaire et l’absence de pointes ou d’arrêtes vives pouvant léser les muqueuses ou les gencives
I.3.3. Face

- Détecter des déformations de la face (tissu sous cutané en cas d’œdème ou déformation provoquée par des anomalies au niveau des cavités nasales, des sinus, des canaux salivaires, des dents, …) ou de
l’atrophie de muscles de la face (ex : atrophie d’un ou des deux muscles masséters)
- Oreilles : température, mobilité (stimuler au moyen d’un bic au pourtour des oreilles si doute) et symétrie

I.3.4. Yeux

- Epiphoora : type (séreux, muqueux, purulent), uni ou bilatéral

- Cornée : vérifier l’absence d’ulcère ou d’opacité (lumière tangentielle)

- Muqueuses : Pour les visualiser, soulever la paupière supérieure avec l’index et abaisser la paupière inférieure avec le pouce. Vérifier la couleur (pâles, rosées, congestives, cyanosées) et l’absence de lésions.

- 3ème paupière : normalement peu visible sauf si procidence (ex : en cas de tétanos ou d’hypocalcémie).
Pour la visualiser, idem examen des muqueuses oculaires puis pression ferme sur la paupière supérieure au dessus du globe oculaire. Vérifier la couleur, l’absence de lésions ou de corps étranger sur la 3ème paupière.

- Sclérotique : pour la visualiser, il faut soulever la paupière supérieure puis soulever et incliner légèrement la
tête. Apprécier surtout la couleur de la sclère : congestive ou ictérique (avec la muqueuse vaginale, meilleure endroit pour objectiver la présence d’un ictère).

- Pli de peau : au niveau de la paupière, plus fiable qu’au niveau de l’encolure ; un des éléments (le moins
fiable !) d’évaluation de l’hydratation.

- Blépharospasme : révélateur d’une douleur oculaire ; souvent exacerbée par la lumière (ex : en cas d’uvéite)

- Test de la menace : évaluer l’intégrité de la vision (retrait de la tête) et du nerf facial (fermeture de la paupière)
Attention : éviter de toucher les cils ou de provoquer un déplacement d’air qui stimulerait la sensibilité de
la cornée, rendant le test faussement négatif.


Réflexe pupillaire : si suspicion d’un problème de vision. Cfr. Propédeutique du système nerveux.

I.3.5. Pouls

*Où ?

- au niveau de l’artère faciale, sur la mandibule, avant son passage par la scissure maxillaire (le plus facile)

- ou au niveau de l’artère transverse de la face.

* Quoi ?
Vérifier:

- la fréquence cardiaque: adulte : 24 à 40/ min

poulain :70 à 100/ min


-l’amplitude du pouls

- le rythme du pouls(cfr propédeutique du système cardiovasculaire
pour plus de détails)

1.3.6. Ganglions

* Lesquels ?

-Sous-maxillaires :normalement palpables, en forme de V ouvert vers l’arrière dans la région de l’auge

- Rétro-pharyngiens :palpables uniquement si ils sont hypertrophiés, situés au dessus du larynx
*Quoi ?

- Inspection :normalement non visualisables ; visualisables seulement si hypertrophiés (ex :
en cas de gourme) ; Ecoulement purulent si abcédation (ex : en cas de gourme)

- Palpation :volume, température, consistance, ± douleur

I.3.7. Gorge

- Larynx : la palpation du larynx permet de vérifier la consistanceet la forme des cartilages, de détecter une douleur éventuelle, ou encore de déterminer si il y a une atrophie des muscles du larynx (ex : en cas
d’hémiplégie laryngée sévère).

- Déformation de
la région : peut provenir de la parotide, des thyroïdes (à l’état normal sont dures, lisses et mobiles), des poches gutturales, du tissu sous-cutané ou des ganglions rétro-pharyngiens.

- Réflexe laryngo-trachéal (RLT): exercer une pression sur la membrane crico-trachéale, si le cheval tousse, même une fois, le test sera considéré comme positif.

- Palpation des anneaux de la trachée (surtout dans le tiers supérieur) : vérifier la forme, la consistance des cartilages et détecter si une douleur est présente.

I.3.8. Encolure
· Jugulaires

Les gouttières jugulaires peuvent être palpées et inspectées afin de vérifier l’absence de chaleur, de déformation, ou de douleur pouvant signer une phlébite (fréquente chez le cheval, surtout à ce site très souvent utilisé pour les injections intra-veineuses) ; Vérifier aussi l’absence de pouls veineux ou de turgescence des jugulaires
- Pouls veineux : physiologique si il ne dépasse une ligne horizontale passant 10 cm au dessus de la base du
cœur (soit environ le tiers inférieur de la hauteur de la jugulaire), la tête étant placée en position normale. La présence d’un pouls veineux signe une insuffisance de la valvule tricuspide.


·
Déformations, masses : Il
faut y être particulièrement attentif car l’encolure est un site fréquemment
utilisé pour les injections intra-musculaires, qui est dès lors souvent sujet
au développement de réactions inflammatoires, voire d’abcès


·
Pli de peau : cfr. pli de
peau au niveau des paupières










·
Inspection/palpation œsophage extra-thoracique





I.4. Examen des membres





Inspection et
palpation détaillées: cfr cours de propédeutique de boiterie.


Dans le cadre d’un examen
général, on s’attardera brièvement à vérifier les éléments suivants :





·
Inspection et palpation
générale afin de détecter tout gonflement, distension articulaire, douleur,…


·
Température des membres :
à mettre en relation avec la température des autres extrémités (oreilles, bout
du nez)


·
Palpation du pouls :


* Où ?







- A. palmaire métacarpienne
(métatarsienne) : à la face interne (antérieurs) ou


externe
(postérieur) du métacarpien (métatarsien) principal










- A. digitale palmaire
(plantaire) : à la face externe du boulet

* Quoi ? A ces 2 niveaux, le pouls est
normalement non ou très légèrement palpable. Si l’amplitude est augmentée, cela
suggère une inflammation locale (ex : fourbure, abcès,…)

Pieds

-Température des pieds :

Ø
si augmentée => suggestif d’ une vasodilatation, souvent associée à une inflammation locale (ex : fourbure, abcès, …)

Ø
si diminuée => suggestif d’une vasoconstriction

- Si palpation d’un sillon coronaire => suggestif d’un décollement de la muraille avec
déplacement de la 3ème phalange lors de fourbure


I.5. Examen du thorax

I.5.1. Système respiratoire :
Inspection Þ - Fréquence :

Adulte : 8 à 16 /min

Poulain : 25 à 35 /min


- Amplitude : normalement l’amplitude des mouvements respiratoires doit être faible, ce qui rend ces derniers à peine perceptibles. Il est dès lors difficile d’évaluer la fréquence respiratoire sur base de l’inspection. Une alternative consiste le flux ventilatoire en posant une main sur le bord d’un naseau.

- Type : normalement costo-abdominale chez le cheval, l’expiration étant dans cette espèce
partiellement active (le mouvement expiratoire doit cependant être très discret).

- Rythme : normalement régulier. Toute modification de la fréquence, de l’amplitude, du type ou du rythme respiratoire
doit conduire à un examen clinique approfondi du système respiratoire (cfr chapitre III)

Palpation : afin de déterminer s’il y a présence de plaie(s), déformation(s ) (ex :fracture de côte chez le poulain)
ou de douleur.

·
Auscultation /percussion : ne se justifie que si des anomalies ont été détectées à l’inspection ou à la
palpation du thorax ou en cas de suspicion de problème respiratoire.

I.5.2. Système cardio-vasculaire :

Inspection-palpation :

- L’œdème sous-sternal et/ou sous-ventral constitue le site préférentiel d’œdème périphérique.

Attention, se palpe plus que ne se voit surtout si le cheval a de longs poils.

- Choc précordial : peut être palpable et même visible à gauche

Auscultation : - doit être systématiquement réalisée dans le
cadre de l’examen général

- Méthodologie : cfr propédeutique du système cardio-vasculaire

(chapitre IV)

I.6. Examen de l’abdomen

Inspection/palpation : déterminer si il y a présence d’une hernie (ombilicale, inguinale), d’une plaie
ou d’une distension abdominale. C’est dans creux du flanc que se détecte le
mieux un ballonnement abdominal (regarder et palper).

Auscultation : ! à répéter souvent sur cheval en coliques !

-4 quadrants d'auscultation : déterminer si les bruits digestifs sont
normaux, augmentés, diminués ou absents dans chacun des quadrants, à savoir :

° supérieur droit : cæcum; bruit d'eau s'écoulant dans un tuyau; 1 à 3 X/min

° inférieur gauche et droit : surtout borborygmes de l’intestin grêle (et gros intestin)

° supérieur gauche :
surtout borborygmes gros intestin (notamment courbure pelvienne); peuvent être partiellement couverts par la rate

- Auscultation-percussion : tintement si distension gazeuse

- Absence prolongée de bruits => suggère un problème grave

Température
rectale normale : 36,5
– 38 °C, veiller à ce que l’extrémité du thermomètre soit bien en contact avec la muqueuse rectale (incliner le thermomètre).
Examen des matières fécales : quantité, consistance, odeur, couleur, présence de parasites ou de sable,…


I.7. Examen de la région lombaire

Inspection : vérifier l’absence de déformations ou de déviation telles lordose, scoliose,…

Palpation : des apophyses épineuses thoraco-lombaires Þ lorsqu’on exerce une pression, si le cheval
est faible ou si la région est douloureuse, il s’affaisse sous la pression
exercée par l’examinateur.

Test du "bic" : parcourir la surface cutanée avec un bic sur le coté de la ligne médiane depuis les reins
jusqu’à la pointe de la fesse : le cheval cambre en général le dos lorsque
le bic parcourt le rein, puis voûte le dos lorsque le bic parcourt la région
des fessiers. Ce test peut permettre de mettre en évidence une éventuelle douleur de la région.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Propédeutique dans l’espèce équine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Foire aux chevaux dans le Nord les 22 & 23 MAI 2010
» Rhinopneumonie : un club en quarantaine dans le Nord
» La grippe équine est-elle une maladie grave?
» rhino dans le 78... avis divergeants et gros doutes!! help...
» Perte de sensibilité dans les doigts de pied

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LES ARCHIVES :: LES ARCHIVES-
Sauter vers: